Depuis le vendredi 3 février et jusqu’au 11 février 2017, la ville de Clermont-Ferrand vit au rythme du festival international du Court-Métrage. Evènement mondial majeur dans le domaine du Court, pendant plus d’une semaine, le festival accueille des réalisateurs du monde entier qui tenteront de décrocher un prix dans l’une des 3 compétitions. Après la Suède l’année dernière, c’est la Colombie qui cette année est invitée d’honneur d’une 39ème édition placée sous le signe de l’humour noir.

Le Festival en quelques mots

Avec 3 compétitions, plus de 400 films et plus de 160 000 entrées, la réputation internationale du festival n’est plus à faire. Après le festival de Cannes, il s’agit du deuxième festival  en France par sa fréquentation. En 2009, le festival était élu Meilleur Festival International lors de la cérémonie des FILMAD Awards de Madrid.

Manifestation particulièrement attendue, le Festival International du Court-Métrage est à la fois une belle occasion pour de nombreux réalisateurs de présenter leurs dernières œuvres et de participer à l’une des 3 compétitions, nationale, internationale et labo, et un moyen pour plus de 3000 professionnels de se rencontrer au Marché du Film Court.

En parallèle du festival, différents évènements festifs et culturels sont organisés à travers la ville comme l’Electric Palace qui pendant 9 jours rassemble étudiants et festivaliers autour d’animations et de concerts alternant artistes locaux, nationaux et internationaux mais aussi les Nuits électriques ou le parcours festif, composé de bars et établissements de nuit, baptisé Electric City.

Une 39ème édition éclectique et ouverte au monde

Après la Suède, cette année, c’est à un cinéma moins connu du grand public que le festival a décidé de faire honneur, le cinéma colombien. Cette 39ème édition fait également la part belle à l’humour noir sous toutes ses formes avec les projections de 24 courts-métrages de nationalités et époques différentes.

Comme à son habitude, le festival est organisé autour de trois compétitions.

La compétition internationale tout d’abord comprend 75 films examinés avec soin par un jury composé du sud-coréen Daniel H. Byun, de la tunisienne Kaouther Ben Hania, du colombien Franco Lolli et des françaises Ohna Flaby et Madalina Constantin.

La composition nationale ensuite regroupe 60 films français dont certains seront récompensés par un jury composé de Maud Alpi, Olivier Babinet, Sébastien Betbeder, Benoit Delépine et Laurie Lévêque.

Enfin, le labo présente cette année une trentaine de courts-métrages retenus pour leur aspect expérimental.

Nouveauté de cette année, le festival  a décidé d’attribuer un prix spécial aux documentaires participant aux différentes compétitions.

Vendredi 3 février 2017, la traditionnelle cérémonie d’ouverture est venue donner le coup d’envoi d’une semaine de compétitions. Le public présent lors de cette soirée a pu voir deux habitués de longue date du festival prendre le micro : Jean-Pierre Jeunet qui a présenté un extrait de son court « Deux escargots s’en vont »  et Benoît Delépine (alias Michael Kael), membre du jury national et réalisateur d’un nouveau court-métrage « Mondo Kino : à l’arrachée ».

Par son caractère international, cette 39ème édition est une belle démonstration de la diversité et de la richesse des cultures en témoigne des programmes spécifiques comme les rendez-vous « Regards d’Afrique » ou la rétrospective de la Korean Academy of Fine

A propos de l'auteur

Allan Kinic
Rédacteur en chef
Google+

Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.