Si le premier jeu vidéo d’arcade « Computer Space » apparait en 1971, en 1978, une tentative de jeu utilisant les trois dimensions est faite avec « Space Wars » de Cinematronics  et son affichage vectoriel.  Malgré le fait que les polygones ne disposent d’aucunes textures, « Space Wars » laisse entrevoir les possibilités futures des jeux exploitant la 3D.

En 1980, Ed Rottberg alors employé au sein de la société Atari lance le premier jeu en 3D fil de fer, « Battlezone ». Ce jeu propose au joueur de piloter un char d’assaut dans un univers 3D interactif et immersif, un jeu tellement révolutionnaire pour l’époque que même l’armée américaine s’y intéressera. « Battlezone » innove également en utilisant la vue à la première personne. Deux ans après, la 3D fil de fer s’attaque au PC avec la première version du jeu de simulation aérienne qui deviendra plus tard un bestseller, « Flight Simulator ».

A la fin des années 80, des jeux comme « Starglider » d’Atari font appel à la texture. La 3D fil de fer devient colorée. Du côté des salles de jeux vidéo, « Hard Drivin », première simulation de pilotage automobile à utiliser la 3D sur une borne d’arcade, fait sensation.

En 1992, un nouveau pas est franchi avec l’arrivée de « Alone in the Dark » et ses personnages en polygones évoluant dans un environnement précalculé (la machine se contente d’afficher des images dont le contenu a déjà été calculé). Grâce à ce procédé, « Alone in the Dark » parvient à fonctionner sur un grand nombre de plateformes. Dans la série, « Wolfenstein 3D » ouvre la voie aux jeux de tir à la première personne.

A partir du milieu des années 90, la 3D fait un pas en avant avec l’évolution des cartes graphiques qui sont désormais dotées de capacités de calculs, en plus de pouvoir afficher de la 2D à l’écran. 3dfx est un acteur important sur ce secteur et devient un incontournable chez tous les joueurs de l’époque.  C’est à ce moment-là que les créateurs de « Doom » lancent « Quake ».  Ce jeu où tous les éléments sont en 3D et calculés en temps réel remporte une énorme popularité. Sony bouscule l’univers des consoles avec la sortie de sa Playstation et ses graphismes poussés.

Dans les années 2000, la 3D connaît un boum spectaculaire. Les capacités de calcul décuplées des cartes graphiques affichent des mondes de plus en plus réalistes.

En parallèle, les « casuals users » deviennent de plus en plus nombreux avec l’arrivée des smartphones, véritables ordinateurs dans la poche, la multiplication des réseaux sociaux proposant de grands classiques et la démocratisation des ordinateurs portables qui permettent de retrouver des jeux célèbres en version 3D comme la roulette 3D proposée aujourd’hui par le site web casino.com.

Prochaine étape, la réalité virtuelle. Se basant sur le port de lunettes, la réalité virtuelle devrait immerger encore un peu plus le joueur en l’aidant à interagir physiquement avec les éléments qui s’afficheront dans les écrans incorporés. Des sociétés comme Sony sont déjà dans les starting-blocks. »

 

 

 

A propos de l'auteur

Allan Kinic
Rédacteur en chef
Google+

Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.