mercredi, juin 3, 2020
Street N' LifestyleTV

5 meilleurs films d’horreur disponibles sur Netflix

films d'horreur

La réponse n’est pas si évidente étant donné et considérant que le catalogue Netflix en ce qui concerne le genre d’horreur laisse un peu à désirer. Parmi les films les plus méritants, il y a de grands films cultes tels que Une nuit en enfer, Suspiria, ou des œuvres qui sortent de la boîte un peu comme The Ward ou The Host, le film monstre de Bong Joon Ho (lauréat d’un Oscar pour le meilleur film avec Parasite). 

Pourtant, il n’est pas facile de faire une sélection de films d’une certaine qualité, peut-être pas toujours aussi célèbres, et qui s’inscrivent dans la veine d’horreur plus «classique» si l’on veut. Mais ils existent quand même. Voici donc ceux qui sont actuellement les meilleurs films d’horreur disponibles sur Netflix.

Découvrez également les meilleurs thrillers Netflix.

La Cabane dans les bois

Le film de Drew Goddard ressemble à un film plein de clichés au départ: une maison effrayante au milieu de nulle part, un groupe de gars qui représentent les archétypes classiques du film d’horreur des années 90 et d’étranges événements d’un autre monde qui mènent au séjour de vacances insouciant des protagonistes, l’horreur, l’agitation et la violence. Pourtant, à un moment donné, la dérive du film devient totalement délirante, les développements deviennent super imprévisibles, et tout devient un voyage infernal surréaliste entre des créatures de tous types et un bon lieu d’ironie vers le genre traité. Certainement l’un des films d’horreur les plus sous-estimés sur Netflix.

Annabelle Creation

Le chapitre central de cette trilogie dédiée à la poupée Annabelle, arrivée au cinéma grâce à The Conjuring de James Wan mais qui a ensuite complètement déraillé vers une série à part, est certainement le plus réussi de tous. Oubliez la première et également la troisième, et sautez directement sur cette préquelle qui raconte la toute première histoire qui voit la poupée démoniaque comme protagoniste. Alors que le reste des films est finalement médiocre (surtout le premier), Sandberg, le réalisateur de ce film, est le seul qui a réussi à utiliser la franchise pour coudre autour d’elle un film d’horreur atmosphérique, bien tourné, simple mais sûr impact. Recommandé!

Insidious: Chapitre 2

On ne peut s’empêcher de mettre Insidious sur cette liste, car c’est toujours la seule horreur sur la plateforme signée par ce génie qui est James Wan. Oui, c’est vrai, il vaudrait mieux voir le premier et ensuite ça, mais dans l’ensemble ce n’est pas si important. Il suffit de dire que la série parle d’un soi-disant démon du sommeil qui tourmente la famille Lambert depuis des générations, rien de transcendantal. Ce qui compte vraiment, c’est que dans la mise en scène, personne ne bat James Wan de nos jours, il est l’un des rares capables de vous maintenir tendu comme une corde de violon pendant toute la vision et en plus d’insérer dans chaque scène un flair et une créativité esthétique vraiment remarquables.

Sans un bruit

L’un des films d’horreur les plus populaires de 2018 débarque sur Netflix et l’invitation est certainement de lui donner un coup d’oeil si vous l’avez manqué. John Krasinski (qui a ici le double rôle de metteur en scène et de protagoniste) et l’épouse (Emily Blunt) se frayent un chemin pour survivre avec leurs enfants dans un scénario apocalyptique dans lequel l’humanité est forcée de garder le silence afin de ne pas éveiller les créatures qu’ils ont envahi la terre, incapable de voir mais très sensible à tout son. Le film est un road movie assez classique qui utilise le besoin de ne pas faire de bruit pour créer des moments de haute tension qui vous tiendront en haleine jusqu’à la fin. Ce n’est peut-être pas l’horreur la plus effrayante au monde, mais c’est certainement l’une des plus fascinantes de ces derniers temps.

L’Exorcisme d’Emily Rose

Il est compréhensible le scepticisme du volet « Exorcismes ». En fait, depuis que William Friedkin a créé l’ancêtre de ce sous-genre en 1974 en créant un culte immortel, personne n’a jamais réussi à approcher même l’impact dérangeant de ce travail. En effet, l’inverse est vrai: les films sur les exorcismes sont tous plutôt pauvres. Pourtant, en 2005, Scott Derrickson a réussi à faire quelque chose de bien avec son Exorcisme d’Emily Rose. Ce sera la coupe documentaire, ce sera la photographie, ce sera une Jennifer Carpenter notamment en partie, ce sera ce qu’elle sera, mais elle réussira là où de nombreux ont échoué, de bouleverser le spectateur avec une « belle » et classique histoire de possession démoniaque.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .