mardi, juillet 23, 2019
A la uneActualitésCINEMAStreet N' Lifestyle

Festival de Gérardmer, les films du jeudi 29 janvier 2015

Se déroulant à la station de ski de Gérardmer dans les Vosges, le festival international du film fantastique a été l’occasion ces deux jours de de voir défiler une série de films en ou hors compétition.

Ainsi, le public présent a pu assister mercredi soir, jour de l’ouverture, à la projection d’ « Ex Machina » d’Alex Garland, présenté dans ce webzine.

Ce jeudi, c’était au tour d’un long-métrage belge d’être programmé, intitulé « Cub ». Cette réalisation de Jonas Govaerts raconte l’histoire du jeune Sam, âgé de douze ans et débordant d’imagination, qui chaque été part en camp de scouts dans la forêt. Il se rend vite compte que quelque chose ne tourne pas rond quand il y découvre une mystérieuse cabane visiblement habitée par Kai, un enfant sauvage. Sam croit bon d’en avertir ses guides, mais ceux-ci ne le prennent pas au sérieux, interprétant son récit comme l’une de ses habituelles élucubrations. Et pourtant… Le jeune garçon de la cabane s’avère en plus aider un dangereux psychopathe, lequel va redoubler d’ingéniosité pour décimer les louveteaux de la troupe. Un par un…

Le réalisateur Belge Jonas Govaerts a reçu au cours de sa carrière plusieurs distinctions dont le Méliès d’or 2008 avec le court métrage « Of Cats and Women » et  le prix Joseph-Plateau du meilleur court métrage belge pour « Forever ». Il s’est également distingué avec deux séries flamandes, « Super 8 » et « Monster ! » reconnues internationalement.  « Cubs » est son premier film à être porté sur les écrans.

Autre film entrant dans les compétitions, « Goodnight Mommy»  est une production de l’Autrichien Ulrich Seidl, auteur de la trilogie « Paradis : Amour, Foi et Espoir ». Elle a été réalisée par Severin Fiala & Veronika Franz à qui l’on doit le documentaire « Kern » paru en 2012.

Dans « Goodnight Mommy », on retrouve deux jumeaux de dix ans qui attendent leur mère dans une maison isolée en pleine campagne alors que la chaleur estivale bat son plein. Quand elle revient le visage entouré de bandages suite à une opération de chirurgie esthétique, plus rien ne semble comme avant. Froide et distante, la mère empêche désormais tout contact avec le monde extérieur. S’agit-il bien alors de leur mère ? Les garçons commencent à en douter et ils vont tout mettre en œuvre pour tenter de découvrir la vérité. Tout, vraiment tout…

Parmi les films hors compétition, il y avait « ABCs OF DEATH 2 ». L’idée, 30 réalisateurs venus du monde entier proposent 26 courts-métrages basés sur l’horreur, chacun devant composer un titre à partir de l’une des 26 lettres de l’alphabet.

A pour « Amateur » (USA), B pour « Badger » (UK), C pour « Capital Punishment » (UK), D pour «Deloused » (UK), E pour « Equilibrium (Cuba), F pour « Falling » (Israël), G pour « Grandad » (UK), H pour « Head Games » (USA), I pour « Invicible » (Philippines), J pour « Jesus » (Brésil), K pour « Knell » (Lituanie), L pour « Legacy » (Nigeria), M pour « Masticate » (USA), N pour « Nexus » (USA), O pour « Ochlocracy » (Japon), P pour « P-P-P-P Scary ! » (USA), Q pour « Questionnaire » (USA), R pour « Roulette » (Autriche), S pour « Split » (Espagne), T pour « Torture Porn » (Canada), U pour « Utopia » (USA & Canada), V pour « Vacation » (Canada), W pour Wish (Canada), X pour « Xylophone » (France), Y pour « Youth » (Japon) et Z pour « Zygote » (Canada).

Toujours dans la catégorie des films hors compétition, le public présent a pu visionner « Monsterz » du réalisateur japonais Hideo Nakata. Remake de « Haunters » du Coréen Kim Min-Suk,  « Monsterz » est l’histoire d’un homme qui a la capacité de contrôler les gens par la seule force de son regard mais qui préfère mener une vie solitaire au lieu de faire plier l’humanité à son bon vouloir. Lorsqu’il fait usage, avec parcimonie, de son pouvoir, il s’assure que personne ne se souvienne d’avoir été manipulé. Sa petite vie sans saveur prend une tournure particulière lorsqu’il croise le chemin de Shuichi Tanaka, qui semble être le seul à pouvoir résister à ses pouvoirs. Troublé et furieux, l’homme décide alors de le faire disparaître …

Hideo Nakata a reçu en 2002 le grand prix pour « Dark Water ». On lui doit également les versions japonaises et originales de « Ring » et « Ring 2 ».

Au cours de cette journée, était projeté « Electric Boogaloo ». Mélangeant interviews, extraits de films et images d’archives, ce documentaire retrace l’histoire de la société de production Cannon Films, créée par Menahem Golan et Yoram Globus. Dans les années 1980, ces deux producteurs ont sans aucun doute produit les plus grands nanars du cinéma, s’emparant de force de la machine hollywoodienne, et changeant à jamais l’histoire du cinéma bis.

Réalisateur, scénariste et monteur australien, Mark Hartley s’est fait connaître grâce à ses documentaires « Not Quite Hollywood » et « Machete Maidens Unleashed! ». En 2014, il présentait au festival de Gérardmer son premier long métrage, « Patrick ».

Cette année, le Kazakhe Oleg Stepchenko venait au festival avec un conte fantastique spectaculaire « La légende de Viy  ( Viy ) » qui a remporté un vif succès en Russie, récoltant 34 millions de dollars de recette.

Londres, 1713. Le cartographe anglais Jonathan Green part en repérage des endroits inexplorés de la Transylvanie. Au-delà des montagnes des Carpates, il découvre un village isolé du reste du monde, dont les habitants terrorisés se cachent des démons et autres créatures qui en ont pris possession. Seul le téméraire cartographe semble alors pouvoir percer les mystères qui entourent ces créatures impitoyables qu’il lui revient d’exterminer…

Connu également pour ses clips vidéo, Oleg Stepchenko a reçu en 2000 le MTV Award du meilleur clip vidéo étranger.

Enfin, pour clôturer cet article consacré à une journée riche en représentations cinématographies, on ne manquera pas de parler de « Out of the dark » du jeune réalisateur espagnol Lluis Quilez.

Ce premier film d’épouvante au casting international tourné en Colombie narre l’histoire d’un jeune couple américain, Paul et Sarah Harriman, qui emménage en Colombie avec leur petite fille, Hannah, afin de reprendre l’entreprise familiale dirigée par le père de Sarah. Mais très vite, d’étranges phénomènes vont se produire dans leur nouvelle maison…

Laisser un commentaire

Allan Kinic
Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .