redaction@streetnsports.fr
mardi, novembre 21, 2017
A la uneSOCIETEStreet N' Lifestyle

Les finances des jeunes conducteurs

jeunes conducteurs

Quand on passe le permis de conduire, de nombreux facteurs entrent en ligne de compte, sur le moment et après coup. Bien sûr, il y a tout ce qui touche à l’apprentissage pur mais l’aspect financier revient régulièrement au centre des discussions. Le permis représente un coût non négligeable et il n’est pas le seul : il faut aussi assurer le financement de la voiture, de l’assurance ou des réparations.

Mais dans ce cas, est-ce le jeune conducteur lui-même qui s’en charge ou compte-t-il sur sa famille ? A moins qu’il s’agisse d’un investissement en commun ? Pour en savoir plus, Le-jeune- conducteur.com a interrogé près de 1845 jeunes conducteurs (de 18 à 23 ans) au cours du mois de juillet.

Les grosses dépenses pour la famille, les petites pour le jeune conducteur

On apprend par exemple que le permis de conduire est, dans 44% des cas, payé par la famille du futur conducteur. Celui-ci se charge de la dépense dans un tiers des cas, et quelques-uns (4%) vont jusqu’à souscrire un crédit pour la circonstance. Restent 21% des cas où le jeune et la famille s’associent dans cet investissement. Cette association est même majoritaire pour le financement de la voiture, à 42%, là où la part de financement par le jeune ou la famille est plus ou moins égale (28% et 29%). Notons cela dit que dans le cas du conducteur payeur, ils sont 23% à souscrire un crédit.

Néanmoins, le jeune conducteur sait assumer ses besognes seul. En témoigne le sondage sur le paiement de l’assurance et des amendes : dans 52% et 56% des cas, l’automobiliste débutant sortent le chéquier ou la carte bancaire, la famille ne s’en chargeant que dans respectivement 31% et 26% des cas. Ici, l’arrangement est minoritaire avec 15% pour l’assurance et 17% pour les amendes.

Conduire ou marcher, il faut choisir…

Est-ce que cela veut dire que l’initiative vient du conducteur ? Pas nécessairement : l’inscription à l’auto-école est une initiative commune dans 61% des cas, tandis que dans deux tiers des situations, la souscription d’une assurance vient de la famille, le jeune n’y allant de son propre gré que dans 11% des cas, et 33% des cas pour l’auto-école !

Heureusement, lorsqu’il est question de choisir la voiture, l’assurance ou le garagiste, le conducteur sait affirmer son point de vue. Il choisit la voiture dans plus de trois quarts des cas (78%), le garagiste dans deux tiers des cas (58%) et l’assurance dans plus d’un cas sur deux (58%). Notons d’ailleurs que si la famille choisit pour lui dans 20% et 23% dans cas pour le garagiste et l’assurance, elle reste au second plan pour la voiture, avec 5% des cas seulement.

Quel profil du jeune conducteur ?

On apprend enfin que le jeune conducteur privilégie quasi exclusivement la voiture d’occasion, à 94% et que dans deux tiers des cas, il s’agit d’une voiture à essence (64%). L’assurance quant à elle est payée mensuellement dans 82% des cas et la fameuse assurance au tiers sort du lot à 41%, contre 28% pour le tiers plus et 19% pour l’assurance tous risques. N’oublions pas les jeunes conducteurs enregistrés comme conducteurs secondaires, dans 12% des cas.

A propos de cette enquête :
Enquête réalisée par http://le-jeune-conducteur.com en Juillet / Août 2017 sur un panel de 1845 jeunes (âgé de 18 à 23 ans).

Leave a Response

Allan Kinic

Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .