redaction@streetnsports.fr
mercredi, décembre 13, 2017
A la uneActualitésEn VedetteINTERVIEWSInterviews

Interview : Pierre-Emmanuel Barré

STREET N’ SPORTS : Bonjour Pierre-Emmanuel Barré, peux-tu te présenter à nos lecteurs ou ce serait trop t’en demander ?
PIERRE-EMMANUEL BARRE :
T’as vu comme t’es dans l’agression dès le début? Tu parlerais comme ça à Barack Obama?
Non.
Et pourtant, il est noir.

SNS : Tu as toujours voulu être humoriste ou c’est une façon pour toi de cacher ta passion pour le tricot et le canevas ?
PEB :
Je déteste l’humour c’est une pratique vulgaire et décadente.
Je ne fais ça que pour l’argent.
la vérité, c’est que je n’ai qu’une passion: réaliser des statuettes d’Edouard Balladur en escalope de dinde.
Malheureusement, les commandes sont rares et pour l’instant, je n’arrive pas à en vivre.
Tous les jours, je prostitue mon âme sur l’autel du capitalisme, quelques plaisanteries misogynes et racistes crachées au visage du téléspectateurs entre deux publicités Cofidis.
Mais à 15 euros le kilo d’escalope de dinde, ai-je vraiment le choix?
Non.

SNS : Tu es actuellement en tournée avec ton spectacle « Pierre-Emmanuel Barré est un sale con », pourquoi ce titre ? Je ne te trouve pas si sale que ça.
PEB :
C’est parce que tu m’as pas vu après ma performance artistique de l’été dernier en hommage aux 70 ans du débarquement. Je suis resté une semaine enfermé dans une statue d’Edouard Balladur en escalope de dinde de 18 mètres de haut exposée sur Omaha Beach.
Je faisais le double-menton.
L’inconvénient de la dinde, c’est que contrairement au bronze ou au marbre, ça vieillit très mal. J’ai commencé à le comprendre à la fin du premier jour ensoleillé.

SNS : Tu es également sur Canal+ depuis septembre 2013 avec « l’instant barré », comment se passe ta relation avec tes collègues de « la nouvelle édition » et surtout avec Ali Baddou ?
PEB :
On essaye de sauver les apparences, mais globalement, ça se passe très mal depuis que j’ai commencé à travailler sur des sculptures en rôti de porc. Ali Baddou et Ariel Wizman l’ont prit comme une attaque personnelle.
A part ça, je m’entends très bien avec Nicolas Domenach qui adore la viande et qui a une certaine affection pour Edouard Balladur.

SNS : Personne n’échappe à tes vannes dans cette chronique, as-tu vraiment un sujet tabou ?
PEB :
Le boeuf. Jamais je ne travaillerai avec du boeuf, c’est une viande bien trop fibreuse, on peut la hacher pour la travailler, mais les sculptures sont trop éphémères, elles s’effondrent sur elles-mêmes et quelle que soit la personnalité représentée, au bout d’une heure, ça ressemble à Michel Petrucciani.

SNS : De nos jours, certaines blagues peuvent choquer … Tu as déjà reçu des menaces de mort de la part des pingouins manchots d’Alaska ?
PEB :
Non, parce les pingouins manchots n’existent pas. Les pingouins vivent dans l’hémisphère Nord et ils peuvent voler, les manchots dans l’hémisphère Sud et ils ne peuvent pas voler.
Ce serait bien que tu travailles un peu tes questions avant de te présenter devant les artistes, ça t’éviterait de passer pour un con.

SNS : Ta page Facebook porte le lien facebook.com/AllezTousVousFaireEnculer , c’est bien beau, mais tu ne nous dit pas par qui ?
PEB :
C’est une simple précaution. J’insulte pas, j’anticipe les controverses. Je n’aime pas les débats. quand mon interlocuteur n’est pas d’accord avec moi, je le frappe à la tempe en criant et je m’enfuis en agitant les bras pour m’envoler.
Malheureusement, je n’ai pas les qualités aérodynamiques des pingouins.

SNS : Cette notoriété de « Sale con » n’est pas trop handicapante dans ta vie de tous les jours ?
PEB :
Je ne sais pas ou en est ma notoriété, j’essaye d’éviter tout contact avec les gens pour rester pur.

SNS : Quels sont tes projets futurs ?
PEB :
Je prépare une comédie musicale sur la syphilis racontée aux enfants et parallèlement à ça, j’écris la biographie de Nolwenn Leroy. J’ai plein de projets, je voudrais faire un film sur un type qui est né avec des rollers à la place des pieds, mais qui sait pas faire de roller.
Ca donne naissance à plein de situations cocasses. Pour l’instant, je suis un peu bloqué sur la scène d’introduction ou il essaye de sortir de sa chambre.

SNS : Que pouvons-nous te souhaiter pour la suite ?
PEB :
Un vrai métier.

SNS : Un dernier mot pour notre magazine ?
PEB :
Vous devriez changer de ligne éditoriale. Le sport, c’est pour les pédés.

Retrouvez Pierre-Emmanuel Barré en tournée :

PEB_affiche_PV
JANVIER
23 – L’Onde – Velizy Villacoublay (78)

FÉVRIER

27 – Le Paris – Avignon (84)

MARS
07 – La Comédie de Toulouse – Toulouse (31)
14 – La Maison du Savoir – Saint-Laurent-de-Neste (65)

21 – Salle Rameau – Lyon (69)

AVRIL
10 – Le Ponant – Rennes (35)
11 – Le Splendid –  Lille (59)

18 – Théâtre Comoedia – Aubagne (13)

MAI
09 – Théâtre de la Madeleine – Genève (CH)

12 – L’Éolienne – Le Mans (72)

JUIN
05 / 06 – Théâtre 100 Noms – Nantes (44)
16 – Le T.H.V. – Angers (49)

Photos : Christophe Brachet

3 Comments

Leave a Response

Allan Kinic

Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .