mardi, juillet 23, 2019
ActualitésINTERVIEWSInterviews

Interview : Vin’s

STREET N’ SPORTS : Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
VIN’S : Je m’appelle Vin’S, je vais sur mes 22 ans. Je suis un jeune rappeur qui habite actuellement sur Montpellier.

SNS : Depuis quand es-tu dans la musique et de quoi t’inspires-tu ?
V : Ça fait bientôt 9 ans que je fais du rap, j’ai déjà fait divers instruments de musique auparavant mais rien de réellement poussé. Ce qui m’inspire, et bien déjà, la musique que j’écoute, c’est à dire un petit peu de tout, de la variété française, du reggae… et surtout du rap français. Après je m’inspire du monde actuel, des choses de la vie, que ce soit personnel ou pas. Je peux parler de ma vie comme celle d’un ami, du moment que le sujet me touche, tout peut devenir source d’inspiration.

SNS : D’où te vient cette passion pour la musique ? Pourquoi avoir choisi le RAP ?
V : J’ai toujours baigné dans la musique. Comme je le disais, j’ai fait plusieurs instruments de musiques (piano, batterie…) mais c’est vers 11/12 ans que j’ai vraiment commencé à écouter du rap et ça a été un déclic. J’ai commencé à écrire assez rapidement. Et puis pourquoi le rap ? sûrement parce que je ne sais pas chanter lol non, plus sérieusement, parce que c’est une musique qui m’a vraiment percuté, les textes, le flow… j’ai accroché tout simplement.

Le 23 août dernier, tu as sorti un freestyle vidéo où l’on peut te voir dans le cadre festif d’une soirée accompagné de tes amis. Depuis, ce freestyle n’est pas passé inaperçu puisqu’une semaine après seulement il détenait 100.000 vues et la vidéo faisait le tour de Facebook …

SNS : D’après toi pourquoi y a-t-il eu autant de buzz sur ce freestyle ?
V : Oui, FBitch est une vidéo que j’avais tourné depuis longtemps et qui traînait sur mon ordinateur. Je l’ai sortie car j’ai vu un statut sur Facebook qui m’a interpellé et j’ai eu envie de répondre par cette vidéo, donc je l’ai mise en ligne simplement pour ça à la base. Je n’avais vraiment pas prévu que ça prenne une telle ampleur. Quand j’ai vu le buzz que ça faisait sur Facebook et à la demande des gens, j’ai décidé de la mettre sur Youtube et la vidéo a été très vite relayé par des sites internet, etc…

SNS : Pourquoi autant de buzz?
V : Honnêtement, je n’en ai aucune idée. Surement parce que le thème abordé a parlé à beaucoup de gens et puis peut-être parce que j’ai publié la vidéo sur Facebook et pas sur Youtube en premier mais bon ça on ne le saura jamais et en vrai, ça n’a que peu d’importance.

SNS : Quels sont les retours que tu as reçus ?
V : J’ai eu beaucoup de retours positifs, et évidemment des retours négatifs. Pas de message direct mais beaucoup de commentaires négatifs, beaucoup de choses sont revenues comme « il a pompé le flow d’Abdallah » et ça me fait assez rire en fait parce qu’avec tout le respect que j’ai pour Abdallah, j’aime beaucoup ce qui fait, mais on n’a pas du tout la même manière de rapper, que ce soit dans le flow, dans les intonations, l’écriture enfin tout quoi lol mais bon qu’est-ce tu veux les gens utilisent des mots comme le « flow » sans même en connaître la définition…. Bref les gens font ce qu’ils veulent de toute façon. Et puis un autre commentaire assez récurrent, c’est le fait que mon freestyle soit dégradant pour l’image de la femme, sexiste et surtout un appel au viol. Alors j’en profite pour répondre rapidement à ces personnes, qui d’ailleurs devraient relire les paroles, car c’est bien le contraire justement. On vit dans un monde qui nous encourage dans nos déviances, dans lequel l’image de la femme s’est justement dégradée (et pas que l’image de la femme…) et même si je n’en suis pas une, cela m’atteint personnellement. Et ceux qui viennent me dire qu’une femme qui montre ses seins est un signe de liberté, ils me font bien rire. Une femme n’a pas besoin de montrer son cul pour être entendu et respecter dans ce monde, donc quand je vois des commentaire de filles qui me disent « si elle montre leurs formes c’est parce qu’elle n’ont pas trouvé d’autres moyens pour plaire aux hommes », là je me dis qu’il y a vraiment un soucis. En même temps quand j’allume la télé (ce qui est très rare), je tombe sur des Rihanna à moitié à poil dans des clips très tendancieux, des bimbos de télé-réalités qui ont tout dans la poitrine et souvent pas grand-chose dans le cerveau, en gros des femmes qui utilisent leur corps pour réussir dans la vie, et en vrai cela me rappelle un autre métier (pour ne pas dire le plus vieux métier du monde). J’ai travaillé en école primaire et j’ai vu les ravages que tout cela faisait sur les gamins, la télé, internet, des gamins qui vont à 9 ans sur des sites pornographiques… non mais sérieux il y a un moment où il faut poser des limites. Je ne suis pas contre le fait qu’une femme mette un décolleté, un short un peu court ou quoi que ce soit, mais pas en primaire, les strings à 10 ans, faut arrêter un peu. Et puis dans ma musique, je ne parle pas des filles qui s’habillent légèrement mais de celles qui s’affichent sur Facebook avec des photos où l’on voit plus leurs seins que leur visage. Ceci est tout sauf l’attitude d’une femme libre qui s’affirme au contraire… Comme je le dis dans ma musique, « tu vas dans le sens de ceux qui pensent que les femmes sont inférieures » ou ceux qui disent, utilise ton corps car ce n’est pas avec ton cerveau que tu vas t’en sortir dans la vie (une manière de penser profondément choquante que beaucoup de femmes ont, sans même sans rendre compte). Et puis concernant le soit disant appel au viol dont ma musique est accusée, ça aussi c’est une grosse blague, voilà ce que j’dis dans ma musique : «(…) tu montres un peu tes formes mais tu vas finir démaquillée par un mouchoir de chloroforme ! Sur les réseaux sociaux faudrait que t’arrête de faire la folle car ton profil Facebook c’est juste un appel au viol». Je ne justifie en aucun cet acte abominable et je suis conscient que même des femmes habillées de la tête au pied se font aussi violer, mais il y a un moment où il faut réaliser qu’on ne vit pas dans le monde de Disney. Un exemple tout con : si tu n’as pas envie de te faire voler, ben, t’évite de te balader dans des endroits « dangereux » avec des bijoux en or et le dernier iPhone collé à l’oreille. Ok, il ne faut pas vivre dans la peur, mais il ne faut pas être con non plus, et quand j’vois des filles se balader seules le soir en petite tenue, et bien je ne suis pas rassuré pour elles. Donc voilà le véritable sens de ma phrase sur le viol, arrêtez votre provocation car c’est une attitude dangereuse étant donné le monde dans lequel on vit. Voilà une réponse qui méritait d’être donné.

SNS : En décembre 2014, tu vas sortir une mixtape « free son », peux-tu nous en parler ?
V : Alors c’est FREE SON parce c’est le but de ce projet, de mettre des frissons et puis pour le jeu de mot, car même si le projet sera vendu physiquement pour ceux qui le veulent, je pense que le projet sera téléchargeable gratuitement au bout d’un moment, d’où le nom de « free son ». Concernant les thèmes, l’amour et les relations amoureuses reviennent souvent, pour la simple et bonne raison que j’ai vécu des choses qui m’ont fait écrire la dessus, je parle de ce monde de la jeunesse (dont je fais parti). En vrai, c’est un projet assez personnel. Pour les artistes présents, je garde la surprise pour le moment.

SNS : Peux-tu nous parler du WAZACREW ?
V : Alors, Wazacrew Art’System est une association de soutien, développement et promotion des cultures issues des musiques urbaines, actuelles et électroniques. Le Wazacrew produit et organise des concerts, des soirées depuis 2009 sur Grenoble, Montpellier, Saint Etienne et la région Rhône-Alpes. C’est aussi un collectif de rap dont je fais parti, nous sommes 7/8 rappeurs actifs et il y a aussi des Beatmakers.

SNS : Avec quel artiste aimerais-tu collaborer ?
V : Ce serait difficile de donner des noms comme ça, à part pour assouvir des rêves de gosse, car ils y a des artistes que j’ai beaucoup apprécié étant jeune, je n’ai pas vraiment de noms à balancer.

SNS : Pour finir, un petit mot pour nos lecteurs ?
V : Et bien merci déjà d’avoir lu l’article, merci à ceux qui sont allés écouter ce que je faisais. Et puis, pour ceux qui ont aimé, le nouveau projet arrive bientôt. Il y aura pleins de surprises, des concerts, des clips et surtout beaucoup de morceaux !! Voilà, merci encore et à bientôt !

Photo : 2night.fr

1 Comment

Laisser un commentaire

Allan Kinic
Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .