redaction@streetnsports.fr
lundi, octobre 15, 2018
Street N' GeekWeb

Les casinos en ligne existent depuis déjà 25 ans!

En 1994 le premier casino en ligne a vu le jour au Canada, grâce à l’initiative de développeurs anglais qui voulaient mettre sur pied une telle entreprise. Le choix du Canada, à cette époque, avait du sens, la région indépendante Québécoise, le Kahnawake, offrant les possibilités d’une telle opportunité qui allait marquer à jamais le début d’une ascension fulgurante de l’industrie des casinos virtuels.

Sous le nom de Gaming Club, ce premier casino virtuel de l’histoire offrait la possibilité de jouer à des jeux d’argent via des paiements effectués par cartes de crédit, virements bancaires ou chèques bancaires. Le nombre de jeux disponibles étaient assez limité, une version de roulette américaine, une table de black jack et trois machines à sous à fruits, rien de plus. Les adeptes de jeux de casino, à cette époque, étaient limités en nombre, ce qui n’ a pas empêché ce premier casino virtuel de l’histoire à de venir un modèle à suivre.

Les années 2000

Dans le début des années 2000, plus d’une centaine de casinos en ligne étaient en activité, tous sous licence du Kahnawake. Aujourd’hui on en compte près de… deux mils, sauf que le panorama s’est métamorphosé, d’autres régions et pays offrant les mêmes possibilités juridiques du pionnier des casinos, le Kahnawake. Aujourd’hui les régions les plus sérieuses en termes de délivrances de licences d’exploitation  pour la mise en ligne de casinos virtuels sont : Malte, Gibraltar,Bruxelles, Madrid, Rome et Londres.

De 2018 à nos jours

En Europe, plusieurs pays ont mis en place leurs propres systèmes de licence de jeux d’argent en ligne. La France est sous tutelle de l’Arjel, l’Italie de l’AAMS, l’Angleterre de l’UKGC, etc. On l’aura bien compris, chaque pays, suite aux habitudes et préférences des joueurs, a mis en place sa propre politique vis-à-vis des jeux d’argent à distance.

Des grands noms des jeux d’argent en ligne sont devenus de véritables institutions (888, Bwin, PoketStars), grâce notamment à un savoir faire hors pair et une offre de jeu qui rivalise avec les plus prestigieux des casinos européens.
L’acceptation de certains pays qui ne souhaitent pas régulariser les jeux d’argent à distance s’est rapidement métamorphosée en sources de revenus fiscaux et taxes diverses, tout en offrant la possibilité de lutter contre l’addiction au jeu et au blanchiment d’argent.
Les exemples de l’Espagne et de l’Italie sont les plus éloquents, chacun de ces deux pays ayant légalisés les activités liées aux paris en ligne et à l’exploitation de plateformes de jeux de casino, et le courant devrait suivre son cours sur des pays germanophones (l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche).

En visitant les guides professionnels destinés aux joueurs et fans de machines à sous et jeux de table en ligne, comme ici avec Best Online Casinos, une référence européenne qui traite de casino en ligne, on peut rapidement se rendre compte que les opérateurs les plus sérieux se sont préparés au nouvel ordre du monde digital, leurs casinos virtuels offrent les mêmes possibilités de jouer que dans une vraie salle de jeu.

Les casinos en ligne dans le futur

Il ne serait pas étonnant que d’ici une dizaine d’années tous les pays européens auront régularisés les activités en ligne liées aux jeux de casino et d’argent. Les plus grands perdants de cette métamorphose seront sans aucune doute les maisons de jeu en dur, sauf si toutefois elles auront eu l’audace de penser à se déployer sur Internet avant de se laisser prendre de vitesse par les opérateurs en ligne les plus vertueux, ce qui semble déjà être le cas…

 

Leave a Response

Allan Kinic
Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .