samedi, juillet 4, 2020
Street N' Entreprendre

S’impliquer dans le marché boursier avec le trading social

trading social

Investir de l’argent avec d’autres sur Internet est le principe du trading social. Les prestataires promettent des retours rapides sans frais élevés. Mais est-ce vrai ? Ce à quoi les débutants doivent faire attention lorsqu’ils investissent dans les réseaux sociaux.

Ensemble, ça marche mieux – c’est l’idée qui sous-tend le Social Trading. Les utilisateurs partagent leurs stratégies d’investissement, ceux qui le souhaitent peuvent les suivre. De plus en plus de plateformes et de banques proposent un service de trading social sur internet, retrouvez des exemples de sites bien connus et apprenez à trader en ligne sur https://www.droitdunet.fr/trader-en-ligne/.

Les utilisateurs ne publient pas de photos de vacances sur Etoro, Ayondo ou Wikifolio. Ils mettent leur choix d’achat de titres sur le net. Les portails ont un seul objectif : augmenter conjointement les rendements. Le trading social est le nom du phénomène sur Internet qui permet de suivre les autres investisseurs sur la plate-forme pour réaliser des investissements intelligents. Au lieu de se mettre en réseau avec des amis, les utilisateurs suivent d’autres investisseurs.

Sur Etoro des commerçants privés présentent leur stratégie commerciale. D’autres investisseurs peuvent ensuite investir dans n’importe quelle banque. « Tout portefeuille publié qui a au moins dix partisans et qui a été évalué positivement par nous peut être échangé.

Les banques sont également impliquées

« Il existe toute une série de plateformes qui proposent du trading social », explique Adrian Englschalk, conseiller financier au Centre des consommateurs de Basse-Saxe à Hanovre. Le principe de base est similaire : les participants rendent publiques leurs décisions d’investissement, et chacun peut voir si la stratégie fonctionne. « L’avantage est que la plupart des portails offrent un degré élevé de transparence », explique M. Englschalk. « Cependant, cela nécessite que vous connaissiez votre chemin et que vous puissiez évaluer la composition d’un portefeuille ».

Les banques proposent désormais aussi à leurs clients un trading social. « Nous ne voulions pas proposer de fonds classiques avec des frais élevés et avons donc cherché des alternatives », explique Florian Eismann de la Fidor Bank à Munich. Les clients de la banque directe peuvent désormais utiliser la plateforme Ayondo via l’application et les services bancaires en ligne de la banque. En un clic de souris, ils deviennent des Traders sociaux.

Ayondo et Wikifolio n’ont pas à rendre leur portefeuille public. « Vous pouvez faire du trading social à la fois activement et passivement », explique Eismann. Ceux qui ne veulent pas créer leur propre portefeuille peuvent investir avec d’autres négociants. L’investissement minimum pour les plateformes est de 100 euros.

L’un des avantages des investissements via les réseaux sociaux est leur coût relativement faible : « Contrairement aux fonds gérés activement, nous ne facturons pas de frais de gestion », explique M. Kern. « Nous gagnons sur une commission de performance. » Si un Wikifolio génère de bons rendements, une partie va à l’entreprise Wikifolio et une autre au commerçant privé. En moyenne, cela représente 10 à 15 % des bénéfices, dit Kern. Cependant, la redevance n’est due que si un Wikifolio dépasse son précédent pic.

La réglementation bancaire ? 

L’achat effectif des titres est regroupé par la banque Lang und Schwarz, explique Kern. « Cela nous donne un coût moins élevé que si chacun achetait et vendait des titres individuellement ». Eismann apporte également l’argument des coûts : « Les actions ne sont pas réellement déposées chez Ayondo, mais seulement répliquées, de sorte que les coûts d’ordre et de transaction sont éliminés. Entre les deux, il y a un tiers – un courtier qui verse le bénéfice et se réassure contre les risques correspondants.

Cependant, c’est précisément ce que le banquier Englschalk considère comme problématique : « Ce sont tous des investissements très risqués qui sont négociés sur des portails qui ne sont pas soumis à la réglementation bancaire. Ils étaient soumis à l’autorité de surveillance du trading, mais pas à la surveillance bancaire. « Dans le pire des cas, vous êtes coincés avec vos pertes. » La responsabilité est généralement exclue par les portails dans les conditions générales.

« Le trading social s’adresse aux personnes qui s’intéressent de toute façon aux questions relatives aux marchés financiers », explique M. Englschalk. Ceux qui constituent leur propre portefeuille doivent s’occuper activement de leurs investissements. Il en va de même pour le trading social. « Ce n’est pas une histoire que vous pouvez juste commencer et ensuite laisser tomber. » Le fondateur du Wikifolio, Kern, admet également : « Notre groupe cible est plus susceptible de s’intéresser au marché boursier ». Mais Kern dit aussi : « Je ne conseillerais à personne d’investir tout son argent dans Wikifolio ».

« Le facteur décisif est de savoir si le système s’est solidement développé tant en période de prospérité qu’en période de crise », déclare le protectionniste des consommateurs Englschalk. Toutefois, il est difficile d’évaluer cette situation en raison de la forte fluctuation. Il recommande donc : « Il faut toujours commencer par investir avec de l’argent fictif plutôt que réel. Ainsi, vous pouvez vérifier si la stratégie fonctionne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Allan Kinic
Rédacteur en chef et créateur du magazine Street N’ Sports, journaliste sportif spécialisé dans le football et les sports de combat pour le site internet www.auvergnesports.com – Titulaire d’un baccalauréat littéraire option cinéma audiovisuel et de deux années en histoire de l’art et en musicologie – Ancien DJ Producteur – Passionné de sports et pratiquant la boxe anglaise et la musculation – Freelance en webdesign et communication, il a mis son expérience au profit de plusieurs entreprises en tant que chargé de communication et community manager .